Avec Henry Cavill, Michael Shannon, Amy Adams, Russell Crowe, Kevin Costner, etc.

Sortie le 19 juin 2013.

Après l’échec public et critique de «Superman Returns» en 2006, Hollywood avait enterré l’homme d’acier jusqu’à ce que Christopher Nolan décide de le faire à nouveau voler. Le réalisateur de la trilogie Batman se retrouve donc à la production, et à l’écriture du scénario avec son fidèle scénariste David S. Goyer. Une équipe (super) prometteuse qui à pour ambition de ressusciter Superman, comme ils ont ressuscité l’homme chauve-souris en 2005. Pour la réalisation, ils ont fait appel à une pointure du cinéma «bourrin» : Zach Snyder, réalisateur de «300».

Superman n’a donc plus droit à l’erreur, mais rassurons nous, il est entre de bonnes mains. Envolée réussie ou pas ?

Un retour en demi teinte

Qu’on se le dise d’emblée, sans être du niveau artistique de «The Dark Knight», ce «Man of Steel» reste supérieur à la moyenne, et écrase les dernière productions Marvel. Sans parvenir à toucher les étoiles, il se hisse cependant dans le top des films de super-héros. Pour le plus grand plaisir des spectateurs, Zach Snyder laisse de côté ses tics de réalisateur (notamment ses excès de plans au ralenti) et nous livre un divertissement spectaculaire mais sans une once d’originalité. A l’aise pour filmer les séquences d’actions, il l’est beaucoup moins pour faire transparaître la psychologie de ses personnages principaux. La réalisation reste correcte sans être pour autant éblouissante. N’est pas Christopher Nolan qui veut !

Le scénario ne tient pas toutes ses promesses. Trop de raccourcis scénaristiques et d’invraisemblances gâchent le film. Le coup du chien pendant la tornade n’est pas digne de notre équipe de scénariste. Les voir tomber dans un tel cliché fait de la peine. En revanche, ils jonglent parfaitement avec la narration, et l’ajout des «flash back» est un atout pour ne pas casser le rythme du film. Les deux auteurs maîtrisent leur histoire, même si on sent qu’ils ne savent pas quoi faire de certains personnages. Les interventions de Kevin Costner (qui incarne le père de Clark Kent) sont une réussite, et apportent une touche philosophique et humaniste à cette œuvre au final assez fade.

«Man of Steel» à beau être un film époustouflant et dantesque (rarement vu autant d’action à l’écran), Superman à beau être ressuscité (pas difficile comparé au précédent), on est quand même vraiment (super) loin de ce qu’on nous promettait depuis des mois. Les 90 premières minutes sont prometteuses jusqu’à ce que l’on tombe pendant plus de 45 minutes dans un «blockbuster» standard Hollywoodien, sans âme et sans vie, avec trop d’actions, dans lequel Zach Snyder nous fait du Michael Bay (beurk).

man-steel-amy-adams-henry-cavill

La forme écrase de tout son poids le fond déjà bancal.

Au final, un film de super-héros classique et moyen qui ne révolutionnera pas le genre comme on nous l’avait promis. Même si le retour de superman est à des années lumières d’être parfait, ce «Man of Steel» est la meilleur adaptation de ce super-héros sur grand écran, porté par les larges épaules de Henry Cavill (retenez son nom), totalement crédible dans le rôle de Clark Kent/Superman.

La petite info en plus :

Déjà un gros carton aux États-Unis et à travers le monde, le film va logiquement connaître une suite qui est prévue pour fin 2014 (ça fait un peu court) ou pour 2015 (c’est déjà plus raisonnable).

 

Lecteurs lectrices, qu’avez vous pensé du retour de l’homme d’acier ?

Jérémie Dimajo (un fan déçu)