Le Bureau Des Etudiants de SUP DE PUB Bordeaux – Good Morning – s’est associé à l’association de lutte contre le cancer du sein « Keep a breast foundation ». Objectif : organiser une exposition pour faire parler de cette cause.

Les plus grands artistes du street art bordelais ont été invités à peindre sur des bustes en plâtre, bustes moulés sur des étudiantes de SUP DE PUB Bordeaux. Logique me direz-vous, pour sensibiliser le public à la lutte contre le cancer du sein. Pendant un mois, rue du Ruat, à Bordeaux, les œuvres ont été présentées et proposées à la vente.

Le 11 avril dernier, artistes, DJ, étudiants et autres curieux se sont réunis pour le vernissage de cette exposition baptisée Hello Boobies, pour la bonne cause surtout. Le canard de Quennie, qui soutient la lutte contre le cancer du sein (voir l’interview d’une survivante au cancer du sein), y était avec Sarah Miramon, photographe, dont vous avez pu découvrir l’immense talent dans cet article. N’hésitez pas à la soutenir en rejoignant sa page Facebook.

Slideshow des photos de Sarah Miramon

Zoom sur « Keep a breast foundation »

« Keep a breast foundation Europe » s’est donnée pour mission de sensibiliser la jeune génération à la cause du cancer du sein, par des moyens modernes et dynamiques de prévention et de détection. Depuis quelques années, l’association réalise des moulages en plâtre de bustes féminins, les fait peindre par des artistes et les propose aux enchères dans le but de récolter des fonds pour financer de nobles causes. Celle de la lutte contre le cancer du sein, en tête. En parallèle, l’association développe des programmes de soutien aux femmes atteintes du cancer du sein.

Le site de « Keep a Breast Foundation Europe »

Interview de Rémi Gonzalez, président du BDE « Good Morning »

Le canard de Quennie :
salut Rémi, pourquoi avoir choisi de soutenir la lutte contre le cancer du sein ? Quel était l’objectif en vous associant à « Keep a Breast Foundation » ?

Rémi Gonzalez : lors de la création du bde, nous avions pour objectif d’organiser des choses différentes. Les orgies façon écoles de commerce, c’était pas vraiment notre truc ! Nous avons créé Hello boobies à l’attention des étudiantes de notre école, qui, comme 1 femme/3 en France, sont concernées par le cancer du sein. « Keep a Breast Foundation » s’est très récemment implanté en France et nous aimions vraiment la manière qu’ils avaient de traiter le message de la prévention, en rupture avec les codes classiques du message préventif. Nous les avons contacté avec une idée précise de l’exposition et des artistes à présenter, le projet leur a plu et tout est allé très vite. Les étudiantes de SUP DE PUB Bordeaux ont joué le jeu en participant aux moulages des bustes en plâtre, pièces centrales de l’exposition. Notre objectif principal était surtout de mobiliser le plus de monde possible le jour du vernissage, mais ensuite, de faire connaitre « Keep a Breast Foundation ». Personnellement, j’ai choisi la lutte contre le cancer du sein parce qu’en tant qu’homme j’aime bien ca, moi les seins.

Le canard de Quennie :
peux-tu nous parler un peu de l’affiche de l’exposition ?

Rémi Gonzalez : le visuel a été réalisé par Le Coktail, un collectif de coquins qui s’étend de Bordeaux à Paris, et dont j’aimais vraiment le travail. Les fruits en forme de seins symbolisent la nature mère nourricière, la nécessité de protéger les choses qui nous sont chères et essentielles. La peinture sur la corbeille de fruits rappelle le monde du graffiti dont sont issus Le Coktail et tous les artistes invités à présenter leur pièces pour Hello Boobies. Je crois que le visuel a bien plu, il est frais et coloré ; il a tapé dans l’oeil de ceux qui l’ont vu.

Hello boobies_affiche

Le canard de Quennie :
je crois savoir que tu as été particulièrement actif pendant l’organisation de Hello boobies. Quelles ont été les principales contraintes de ce projet ?

Rémi Gonzalez : avec un membre de Good Morning, nous avons créée le concept « Hello boobies » de A à Z. Nous avons eu très peu de temps pour réaliser ce projet, très peu de moyens aussi. Néanmoins, nos nombreux partenaires nous ont évité bien des dépenses, nous avons par exemple contacté la DJ Art School afin d’avoir Féry (qui est aussi un ami à nous), un de leur DJ, le soir du vernissage. Nous n’avons pas pu communiquer auprès des médias comme nous l’aurions souhaité par manque de temps et de moyens donc, mais le bouche-à-oreilles et notre affichage sur le campus des Chartrons ont porté leurs fruits. Le vernissage a été une vraie réussite, dépassant de loin tout ce que nous avions espéré en terme de trafic.

Le canard de Quennie :
qui sont ces artistes du street art bordelais que tu as convié à l’exposition ? Peux-tu nous les présenter ?

Rémi Gonzalez : nous voulions des artistes à des degrés de « confirmation » différents, de Tristan, qui n’avait jamais exposé en galerie de sa vie, à Blade, un des poids lourd de la scène graffiti française. Nous avons usé de notre réseau afin de contacter la plupart d’entre eux, le Black Hole Collective (collectif de photographe bordelais) compte dans ses rangs un de mes amis proches, ce qui nous a permis d’introduire Ox & LL cool Jo, deux artistes à l’univers prononcé, dans le projet Hello Boobies. C’est de la meme manière que nous avons eu l ‘immense chance d’inclure Blade au projet, lui c’est un daron dans le milieu du graffiti, il sortait de son expo perso « Eat ur shoes » donc je craignais qu’il n’ait pas le temps pour Hello Boobies mais il a aimé le projet et s’est prêté au jeu du buste pour notre plus grand bonheur. Le Coktail, pour finir, a vu deux de ses membres réaliser deux bustes, plus un en performance live le soir du vernissage. Moi les bustes, je les aimais tous et si j’avais eu assez d’argent et un salon assez grand, je les aurai tous achetés.

Le canard de Quennie :
vous n’avez pas fait les choses à moitié ! Combien de personnes avez-vous finalement attiré lors du vernissage ?

Rémi Gonzalez : c’est difficile d’évaluer le trafic sur l’ensemble de la soirée, mais à vue de nez, plus de 200 personnes à peu près. La grande satisfaction, c’est le succès du buffet de fruits, j’ai entendu plusieurs fois « c’est cool, on peut manger à un vernissage sans culpabiliser », une histoire de filles quoi…

Le canard de Quennie :
des remerciements?

Rémi Gonzalez : je tiens à remercier tous ceux qui ont pris part au projet, les membres de mon BDE qui ont assuré le soir du vernissage, le Black Hole Collective, Tristan, Ox, LL cool Jo, Blade et surtout Le Coktail qui se sont appropriés le projet de la plus belle des façons, Charles et Loréne de Keep A Breast, DJ Art School, David, Yoris, mon beau photographe et bien sur, Rémi, mon wingman sur le projet sans qui rien n’aurait été possible.